Port-Jeanne-d’Arc, de rouille et de gloire passée…

Publié le par Isidore

La maison est rouge, les pièces sont claires, les chambres s’appellent des « stue». Devant le petit ponton en bois, le fjord étale ses eaux calmes entre les îles. Des croix luthériennes sur la crête marquent les tombes d’un cimetière oublié. Dehors des treuils, des rails, des chaudières, des ateliers, nous sommes dans un village baleinier. Le seul que la France n’ait jamais eu. Puisque bien sûr, nous ne sommes pas en Norvège, même si tout nous porte à croire que nous sommes tombés dans une faille spatio-temporelle.

 

100411 Pejida 2

Le village de Port Jeanne d’Arc.

 

Ici, c’est Port-Jeanne-d’Arc, trois heures de navigation de Port-aux-Français. Un musée à ciel ouvert dans le golfe du Morbihan. Les derniers témoignages d’un des projets des frères Bossière, ces « armateurs du rêve » havrais qui avaient obtenu, au début du 20e siècle, du gouvernement français, la concession pour l’exploitation des îles australes. Langouste à Saint-Paul et baleine à Kerguelen, les frères ne manquent pas d’idée. Ils dévoluent la création d’un port baleinier aux spécialistes de la question, les Norvégiens d’Aktieselskabet Kerguelen, qui investissent, en 1908, un million de couronnes pour construire une usine baleinière et un phare pour baliser l’entrée du chenal. Une flottille de plusieurs navires est constituée : le Jeanne d’Arc, transporteur d’huile de 1300 tonneaux et trois bateaux plus petits équipés de lance-harpon pour la chasse. Les Norvégiens lancent la première campagne de chasse à la baleine en 1909 et tuent 232 baleines. Deux ans plus tard, avec 86 captures d’une ressource déjà épuisée, la chasse n’est plus rentable. Ils se tournent alors vers la chasse à l’éléphant de mer. Une centaine d’ouvriers souvent accompagnés par leur famille s’entassent dans les maisons du port. La guerre arrive, l’exploitation s’arrête puis reprend avec des capitaux anglais dans les années 20. Et puis tout s’arrête. Le site commence alors sa lente dégradation. La rouille envahit les machine-outils, les chaudières s’effondrent. Les maisons des ouvriers tombent en ruine.

 

100411 Pejida

Une illusion de fjord norvégien, au fond du golfe de Morbihan.


Au début des années 2000, les TAAF ont mené une campagne de réhabilitation de deux maisons et de l’atelier. Désormais utilisé comme cabane par les scientifiques, le patrimoine de Kerguelen a trouvé une autre vocation. Il n’en reste pas moins émouvant et un peu surréaliste. Comme le témoignage de l’obstination des hommes à se mesurer à la nature.

100411 Dessin Manu 9

La rouille a envahi les vieilles chaudières de PJDA.


Le retour sur le Marion pour notre dernière nuit à Port-aux-Français est songeur. Et contemplatif. Perchés sur l’étrave du bateau, on se laisse guider dans les passes étroites du golfe du Morbihan, au milieu des îles au nom évocateur, l’île longue, l’île haute, l’île au cimetière… peut-être y a-t-il, ici aussi, 365 cailloux jetés par un géant austral…

35 nœuds de vents fouettent brutalement le tribord de notre navire. Nous ne sommes décidément pas au fond d’un fjord.

 

100411 golfe du Morbihan copie

Le golfe du Morbihan : dernière navigation dans les eaux de Kerguelen.


Dernier mouillage devant Port-aux-Français. Dernière journée à terre, à la découverte des cormorans de Kerguelen et des manchots papous. Dernier verre à Totoche, dernier salut sur la DZ, on ne s’habitue jamais aux départs.

Kerguelen s’éloigne, comme un songe, sous les lumières d’une aurore australe.

On l’a peut-être rêvé finalement…


Caroline Britz

Commenter cet article

Anmryn 19/07/2010 12:56



la mer, l'amer !


j'ai hâte, moi aussi, de découvrir les reste de votre travail.

didier gaufillet 22/04/2010 19:38



Salut Caro, merci pour ce que le reve et l'imagination ont ete stimulés par ce beau blog... Bien sur, il manque qques détails, mais tu nous racontera cela au retour!! Continue de vivre à fond les
manettes, et reviens nous bientot.. Bisous de Didier; Fannie, etc.....



Pierre 13/04/2010 20:53



Je reste sur ma faim et suis un peu déçu. Oui, on a eu des images et du texte sur la mer, le Marion-Dufresne, quelques oiseaux et manchots, quelques ravitaillements et incidents mais on n'a pas
réellement vibré sur le thèmes des 40è rugissants et 50è hurlants. On n'a pas senti le côté polaire de l'expédition mais juste eu droit à quelques détails sur des conditions de froid et
de mer un peu excessives, certes, mais du même acabit que l'hiver dernier sur l'Europe. Et puis surtout on n'a pas "vu" vivre les gens sur ces îles lointaines, comment ils dorment, comment ils
mangent, comment il s'amusent, les lieux où ils vivent, y a-t-il des couples ? des curés ? des voleurs ? des bagarres ? des histoires ? enfin on aurait aimé "vraiment" débarquer et rentrer chez
ces "iliens" des taaf pour savoir tout de leurs conditions de vie et de travail (et Dieu sait si ça doit être dur à certains moments). Reportage donc un peu en retrait et qui n'a pas donné ce
qu'il promettait de rêves et d'aventures mais juste une bonne ballade en bateau dans des îles un peu fraîches (mais heureusement que vous étiez passés avant le départ chez Décathlon pour
récupérer les vêtements ad hoc quechua ou north face). Désolé d'être négatif et critique mais vous ne m'avez pas "transporté", et je suis le premier à le regretter !



Isidore 14/04/2010 12:34



Mon cher Pierre,


Ce blog n'est qu'un blog et relate de façon non exhaustive ni romancée le périple de Caroline, François et Manu. Il peut laisser quelques frustrations au lecteur éclairé que vous êtes mais n'a
pas pour l'instant l'ambition de gagner un prix littéraire.


Je tiens aussi à préciser que leur témoignage sur ce blog ne représente que la face émergée de l'icerberg car d'autres projets (presse, édition, exposition) sont prévus. J'espère que ces futurs
ouvrages sauront vous "transporter" dans votre quête de rêves et d'aventures.


Le modérateur



gregoire 13/04/2010 19:58



votre reportage est magnifique, les kerguelen sont nos atolls bretons .bravo pour les chefs d oeuvres, a bientot caroline.


gregoire 



eko 13/04/2010 07:26



ce blog est tellement COOL. impressionant. felicitation.